LES SAPEURS POMPIERS D'AYDAT
  Sdis 63
 
 

                                                        


  ALLO LES POMPIERS (dans le puy de dôme)
Si le 18 et le 112 sont des numéros nationaux et européens, dans le Puy-de-Dôme, lorsqu’on compose le 18, l’appel parvient à Clermont-Ferrand. Il est réceptionné par l’unité de traitement de l’alerte (CTA) dans les locaux du Codis-Samu (près du CHRU). C’est d’ici que sont déclenchés tous les secours. Lorsqu’il reçoit un appel, l’opérateur saisit sur son ordinateur le lieu et la nature du sinistre. Un logiciel permet de savoir à l’instant T quels sont les moyens les plus appropriés qui peuvent être engagés (selon la proximité des casernes, la disponibilité de leurs équipes et du matériel qu’elles disposent). Le centre d’incendie ou de secours concerné est ensuite automatiquement alerté. Ce système centralisé permet à la fois de déclencher les secours dans un délai extrêmement court et de dépêcher sur place les moyens les plus appropriés. Au besoin, l’opérateur peut également décider de faire traiter l’appel par le médecin régulateur du SAMU, avec qui les pompiers partagent la plate-forme.

En 2014, le SDIS 63 a :

    • réalisé 48 383 interventions,
    • 133 opérations quotidiennes,
    • soit une intervention toutes les 10.52 minutes

2013 devient l'année de référence avec le plus grand nombre d'interventions effectuées.
Le secours à la personne est en constante augmentation.
 

Les interventions se répartissent comme suit :

    • 75 % pour du secours à la personne,
    • 7 % pour des incendies,
    • 18 % pour le reste (lutte contre la pollution, risques radiologiques, inondations, destruction d'insectes ...).
       
 
                             4336 pompiers à votre service
 
. 18  Ce numéro nous revient tout de suite dès que l’on est confronté à une situation de détresse. Un malaise ? Un accident ? Un feu de cheminée ? Un appel et, en quelques minutes, les pompiers sont là. Même si ce temps est toujours long pour les victimes et les témoins, l’extrême rapidité d’intervention des sapeurs-pompiers est une réalité. Partout et à toute heure du jour et de la nuit. Cette rapidité est, certes, le fruit d’une organisation rigoureuse, quasi militaire, où chacun connaît sa tâche et où l’on ne discute pas les ordres. Mais elle ne serait pas possible sans une présence sur tout le territoire départemental, d’hommes et de femmes formés aux secours, bien équipés et connaissant parfaitement le terrain. Dans notre département, ils sont près de 4336 à se relayer pour assurer notre sécurité, 24 heures sur 24 et 365 jours par an. Plus de 451 sont des professionnels, tous les autres sont des volontaires. Répartis dans 191 centres d’incendie et de secours, ils peuvent être assistés, en cas de besoin, par des unités spécialisées qui leur permettent de faire face à toutes les situations : équipes dédiées aux risques technologiques ou, pour les interventions en milieu périlleux, plongeurs, équipes cynophiles…                     
Si la mise en oeuvre opérationnelle des secours relève de la compétence des maires et du préfet, la loi confère au Conseil général un rôle prépondérant dans la gestion de ce service. La collectivité départementale est, avec les communes, le principal financeur du Sdis*, qui gère l’ensemble des personnels et des moyens. Le président du Conseil général est, de droit, le président de son conseil d’administration.

*Service départemental d’incendie et de secours





  LES JEUNES SAPEURS POMPIERS 
 La relève est assurée

Ils sont actuellement 322, âgés de 13 à 16 ans, à suivre une préformation de sapeur-pompier dans l’une des 23 sections du Puy-de-Dôme. Durant 4 ans, au rythme de deux après-midi par mois, ils sont formés au secours à la personne, à la lutte contre les incendies et à la protection des biens et de l’environnement.   Cette préparation est sanctionnée par l’obtention du Brevet national de jeune sapeur-pompier, reconnu pour une carrière future de sapeur-pompier volontaire ou professionnel. Pour rejoindre les JSP, il faut être âgé de 12 à 14 ans, fournir une autorisation parentale et un certificat d’aptitude physique délivré par un médecin sapeur-pompier, et s’acquitter d’une cotisation. Renseignements auprès du SDIS ou du centre de secours le plus proche de votre domicile



      Les experts du risque

 Les pompiers du Puy-de-Dôme doivent être mesure de répondre à tous les types de sinistres. La diversité de notre département (zones montagneuses, cours d’eau importants, axes autoroutiers, activité industrielle…) a amené le SDIS à former 6 unités spécialisées afin d’être en mesure de traiter avec le maximum d’efficacité tous les risques encourus sur notre territoire. Ces unités sont formées de sapeurs-pompiers professionnels et volontaires qui ont suivi une formation adaptée (un même sapeur-pompier peut appartenir à deux unités spécialisées différentes). Elles sont réparties en plusieurs équipes sur tout le département.

                                 - Unité mobile d'intervention chimique : 82 sapeurs pompiers 

Ils interviennent en cas d'accident ou de pollution chimique.Outre l'activité industrielle, les transports routiers représentent un potentiel de risques sur le Puy de Dome.Les menbres de cette unité sont aussi bien formés pour traiter les victimes que les pollutions de ce type.

 - Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu aquatique

 Ces 29 plongeurs et 22 sauveteurs sont appelés pour les sauvetages et les noyades dans les rivières, lacs et autres points d’eau. Ils sont fortement sollicités lors des inondations.

- Peloton cynotechnique : 10 sapeurs-pompiers

 Outre les avalanches, ils peuvent être sollicités pour retrouver les personnes égarées en montagne ou coincés dans des décombres. On fait également jouer leurs compétences pour maîtriser des chiens dangereux.

 - Unité de sauvetage et de déblaiement : 98 sapeurs-pompiers

 Ils sont chargés de retrouver et d’extraire les personnes ensevelies lors de glissements de terrain ou d’effondrement.

 - Groupement d’intervention en milieu périlleux : 44 sapeurs pompiers

 Zone montagneuse, toit d’immeubles…Ils savent intervenir dans les endroits les plus inaccessibles.

 - Unité mobile d’intervention radiologique: 80 sapeurs-pompiers

Si le département n’est pas le plus concerné par ce type de risque, cette unité est tout de même régulièrement appelée pour retrouver ou récupérer des sources radioactives (surtout des déchets médicaux ainsi que certaines antiquités).



 

 

                 Une force pour le département


- Ils ou elles sont agriculteurs,étudiants, garagistes, enseignants....

- Ils habitent en ville ou à la campagne et ont tous en commun le courage et le dévouement à une grande cause !

- Ils sont environ 3885 dans le Puy de Dôme : ce sont les sapeurs pompiers  volontaires.

Pour certains d’entre eux, le port du casque est une tradition familiale.
Pour d’autres, une évidence qui s’est imposée à eux après une rencontre,   un reportage… ou le bonheur de mettre en cohérence une profonde envie d’action et des aspirations personnelles.
Pour tous, il s’agit d’un choix exigeant moralement et physiquement.
Un choix qui engage pour un minimum de cinq ans et qui signifie des soirées ou des nuits interrompues et des week-ends sacrifiés aux manoeuvres ou à la formation…
Bref, dans l’ensemble des casernes du Puy-de-Dôme, la vocation n’est pas un vain mot.
En parfaite complémentarité avec les professionnels, les volontaires constituent la trame indispensable du maillage des secours sur le territoire.
Seul l’engagement de ces hommes et femmes permet de garantir partout et à tout moment des secours rapides, efficaces et équitables pour l’ensemble des habitants du département. Cette richesse opérationnelle et humaine a cependant dû s’adapter aux nouvelles conditions de vie et en particulier aux conditions de travail.

 

Pour pérenniser l’organisation des secours, le SDIS a mis en place, depuis plusieurs années, des partenariats avec des employeurs publics et privés...
Il s’agit de faciliter l'accés à la formation et aux missions opérationnelles sur le temps de travail.
Une convention établie " sur mesure " précise le seuil des autorisations d'absence et tient compte des contraintes de l'entreprise ou de l'établissement public.
L'employeur peut bénéficier d'une réduction de sa police assurance incendie et, pour le secteur privé de la prise en compte de l'absence opérationnelle au titre du mécénat.
Les formations des sapeurs pompiers volontaires sont admises au titre du financement de la formation professionnelle et peuvent être inscrites au plan de formation de l'entreprise ou de la collectivité.
Un partenariat entre le SDIS et Agri Remplacement permet aux SPV Agriculteurs de ce faire remplacer lors de leur formation, le coût du service de remplacement étant pris en charge par le SDIS et le conseil général.
 Au-delà de cette campagne de recrutement bien spécifique, le volontariat évolue dans plusieurs directions : la féminisation progresse peu à peu avec 12 % des effectifs et il n’est pas nécessaire d’être une « armoire à glace » pour devenir sapeur pompier.
En raison de la diversité des missions, beaucoup de talents peuvent s’exprimer à travers cet  engagement. 

 

 

 
LES POMPIERS DU PUY DE DOME EN QUELQUES CHIFFRES. 

- Moyens humains

3885  sapeurs-pompiers volontaires
 451  sapeurs-pompiers professionnels, membres de la fonction publique territoriale
 162  personnels administratifs et techniques
 322  jeunes sapeurs-pompiers (JSP)
 
 106  véhicules de secours à personne (dont 38 pour le secours routier ) 
 150  véhicules de lutte contre l’incendie
 64  véhicules de lutte contre les feux d’espaces naturels
 50  véhicules pour les équipes spécialisées
 13  moyens aériens (échelle)

 

                                                                  haut de page

 
   
 
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=
Mis à jour le 08 / 08 / 2017
WEBMASTER......ERIC